3 minutes de douceur dans ce monde de brutes

January 15, 2018

Comment la thérapie cognitive basée sur la pleine conscience pourrait améliorer l'atmosphère émotionnelle d'un travail basée sur l'empathie et mis à mal par la violence banale d'une réalité froide et régie par la performance à tout prix.

 

La M.B.C.T. ou mindfulness based cognitive therapy est un moyen thérapeutique très en vogue dans les pays anglo-saxons et très mal comprise en France. Il s'agit d'une thérapie cognitive développée par une équipe de 3 universitaires (Dr.Z.Segal, Prof.W.Teasdale, Prof.M.Williams). Elle a fait ses preuves dans la prévention des récidives dans les dépressions chroniques en montrant une efficacité égale aux traitement par anti-dépresseurs. 

A la base de cette méthode il y a une technique méditative dont l'apprentissage et la mise en oeuvre sont faciles et adaptés à la façon de fonctionner d'un occidental lambda. Mais surtout, une fois comprise et adoptée, elle possède tout ce qu'il faut pour améliorer le travail en équipe et pour recentrer ce travail sur l'essentiel : les soins et l'empathie. Et cela en "3 minutes chrono" !

 

Nul besoin de se raser le crâne, de s'habiller en orange ou de léviter en position lotus au milieu d'un couloir. Appliquer le principe de recentrage pleine conscience peut se faire debout ou assis sur une chaise. Cela ne nécessite que 3 minutes, voire même moins si les conditions sont optimales.

Prendre ces quelques instants en début d'une réunion, d'un staff ou d'un briefing ressoude une équipe, apaise les tension et favorise une performance basée sur l'entraide et non pas sur la concurrence.

 

Seulement voilà, le terme de "méditation" à lui seul suffit pour agir tel un drap rouge agité devant un taureau sur la majorité des médecins et des dirigeants d'établissement. Au point où pour pouvoir me former, j'ai dû m'inscrire dans 2 universités Belges (Louvain-la Neuve et Bruxelles), puisqu'en France aucune faculté la propose. Comme souvent, dès qu'une solution non-médicamenteuse est offerte pour une pathologie, nous préférons l'alternative pharmaceutique, même si celle-ci n'est ni plus efficace, ni moins chère...

 

Revoir notre façon de soigner :

  1. est le meilleur moyen de prévenir le burnout

  2. passera par une mise en question systématique de dogmes et de paradigmes basés sur une idéologie commerciale et comptable

  3. permettra de réintroduire de l'humain dans la relation soignant-soigné et dans la relation des soignants à leur travail

Si autant de professionnels de santé sont en souffrance, c'est que la base même de leur travail a perdu son âme. L'activité de soin est passée à l'arrière fond, derrière des obligations légales, des exigences de performance, des réflexions de rapport coût/efficacité là où tout le monde, soignants et soignés, n'aspirent qu'à des valeurs qui n'ont pas de prix : humanisme, empathie, écoute.

 

Des méthodes comme la MBCT, la sophrologie ou la relaxation médicale peuvent aider à "tenir le coup", mais la véritable cure du mal qui ronge le monde médical ne se fera pas sans toucher aux obstacles réels, ancrées profondément dans les têtes de ceux qui décident et dans les têtes de la majorité des médecins.

Mais en attendant ce grand coup de balai, 3 minutes de calme et de recentrage, c'est déjà ça ...

 

Please reload

Recent Posts

February 14, 2018

February 6, 2018

Please reload

Archive

Please reload

Tags

 

Contact

Follow

  • Facebook

©2017 by Docteur K. Proudly created with Wix.com